Comment faire pour apprendre le vietnamien ?

Le vietnamien est une langue très complexe à appréhender et son apprentissage nécessite un investissement important, aussi bien en temps qu’en énergie. Au-delà du fait que maîtriser le vietnamien vous donne un avantage conséquent sur le plan professionnel, cette langue vous confère une autre personnalité, un autre statut. Mais le point de départ, la question que tout le monde se pose quand on propose cette langue est ‘’pourquoi ?’’. À travers cet article, vous allez découvrir les différents avantages que vous confère la connaissance du vietnamien ainsi que quelques possibilités qui vous permettront de l’apprendre.

Les avantages à apprendre le vietnamien

Avant d’aller plus loin, sachez que rien ne vous oblige à apprendre cette langue. Vous pouvez aller au Vietnam, y vivre et faire tout ce que vous voulez sans pour autant parler le vietnamien. Cependant, maîtriser cette langue vous permettra d’ouvrir d’autres portes très intéressantes et surtout favorables à votre progression professionnelle ainsi que sociale.

L’avantage professionnel de la langue vietnamienne

S’il est vrai que la grande partie des expatriés français et d’autres origines en fonction au Vietnam ne maîtrisent pas la langue, vous y gagnerez beaucoup sur le plan professionnel. En effet, il peut arriver que vous postuliez pour un travail au Vietnam. Si l’un des candidats concurrents possède le même CV que vous, le recruteur devra vous départager sur un autre critère. Il prendra alors en compte le caractère social, en l’occurrence la langue locale.

Etudier le vietnamien : avantage pour trouver un travail au vietnam avec ou sans diplome

Par ailleurs, vous pourriez décider de mettre sur pied une entreprise dans ce pays. La maîtrise du vietnamien vous accordera une intégration facile et favorisera un dialogue plus conséquent avec le personnel, les clients et éventuellement les fournisseurs. Il en sera de même si vous êtes envoyé par une entreprise étrangère. Ce serait même un critère de sélection pour bénéficier d’une éventuelle promotion.

L’autonomie rendue possible par l’apprentissage de la langue vietnamienne

Si vous débarquez au Vietnam et projetez y passer un peu de temps, vous aurez besoin de cette langue. Il n’est pas rare de voir que plusieurs personnes sont obligées de se faire accompagner ou de solliciter l’aide d’une personne pour les aider à faire des courses, ou même pour prendre de simples renseignements. Du coup, ils se retrouvent dépendants des autres à cause de cette barrière de la langue. Pour couronner le tout, votre traducteur saura ce que vous recherchez. C’est un peu embarrassant quand c’est censé être personnel.

Une intégration fascinante : discuter avec des locaux dans les endroits reculés des villes

C’est peut-être le plus important des avantages. Certes, les Vietnamiens parlent de mieux en mieux l’anglais, mais pas tous. Ainsi, vous serez toujours limité avec l’anglais. Mais avec le vietnamien, vous n’avez pas d’obstacles pour échanger et converser avec votre environnement. Vous pourrez ainsi découvrir au mieux la culture de la région, ce qui vous fera un plus parmi vos expériences de la vie. Après tout, la langue est le meilleur reflet de la culture.

Apprendre la langue vietnamienne pour voyager et vivre au vietnam en expatrié

Vous comprenez certainement l’importance que peut avoir cette langue désormais. Mais avant de vous décider à l’apprendre, il est important d’en savoir un peu plus sur la particularité du vietnamien.

Particularité du vietnamien : apprendre le vietnamien n’est pas facile !

Si nous devons parler des origines de cette langue, sachez que le vietnamien est une langue du sud-est de l’Asie. Les Chinois ont eu beaucoup d’influence sur elle.

Une langue tonale : différents accents à maîtriser pour bien parler vietnamien

Si vous ne comprenez pas le concept, notez simplement qu’une langue tonale est une langue où les syllabes sont soumises à des tons ou des accents particuliers. C’est plutôt courant, car à l’exception des langues européennes, toutes les autres langues sont tonales. Le chinois par exemple en a 5. Au niveau du vietnamien, on distingue 6 tons, mais au sud du Vietnam, il n’y en a que 5.

Comprendre le vietnamien pour échanger et faciliter la vie pour le travail au vietnam

Les tons représentent la difficulté majeure au cours de l’apprentissage de cette langue. Mais une fois que vous avez une bonne maîtrise du ton, le reste vient plus facilement. Ainsi donc, l’apprentissage des tons est une étape primordiale qu’il ne faut surtout pas sous-estimer. N’oubliez pas, les tons d’abord le reste après. Voici une image pour résumer les six tons :

Une langue monosyllabique

Le fait que le vietnamien soit monosyllabique ne signifie pas que c’est une seule syllabe qui est utilisée. Cela signifie simplement que chaque mot dans cette langue ne possède qu’une seule syllabe. Cependant ce critère n’est pas toujours respecté, car il existe des mots qui peuvent avoir jusqu’à 3 syllabes, mais c’est extrêmement rare. Un autre critère qui rend l’apprentissage plus intéressant est qu’il existe de nombreux mots qui sont composés de mots simples. Exemple :

  • máy (machine) + giặt (laver) = máy giặt (machine à laver)
  • máy (machine) + bay (voler) = máy bay (avion)
  • máy (machine) + lạnh (froid) = máy lạnh (climatiseur et non frigo!)

Une langue isolante

Une autre facilité à apprendre cette langue est qu’elle ne possède pas de verbe régulier ou d’article accompagnant les noms. En outre, la grammaire est assez facile à l’utilisation. Nous vous proposons un tableau avec le point des facilités et difficultés de cette langue.

Les facilités :

  • L’écriture : le quốc ngữ est une transcription latine. Le vietnamien était jadis écrit comme le chinois. Mais désormais, cette langue est écrite avec l’alphabet latin. C’est d’ailleurs la seule de l’Asie qui utilise le latin. La seule différence est qu’on ajoute les accents ou diacritiques. Avec la maîtrise de l’alphabet, cela devrait être plus facile. Toutefois, il faut noter que l’alphabet vietnamien possède 29 lettres, dont 12 voyelles.
  • Les similitudes avec le français : plusieurs mots sont utilisés en vietnamien et qui trouve leur origine dans la langue française. Mais certains ne sont plus utilisés. Actuellement, on compte une centaine de ces mots qui sont régulièrement utilisés. Cependant, la prononciation peut être très différente. Exemple : so co la (chocolat), pa tê (pâté), cà rốt (carotte), cà phê (café), op la (œuf au plat), bơ (beurre, pas de « r » en vietnamien !), ga (gare), garage, ghi đông (guidon)

Apprendre à parler le vietnamien pour discuter avec des locaux, enfants dans les campagnes du Vietnam

Les difficultés :

  • Les tons : la principale barrière à l’apprentissage de cette langue est l’accent. Et c’est justement la particularité, voire l’identité de cette langue. Il faut donc accorder une attention particulière. Une mauvaise prononciation pourrait entraîner une mauvaise compréhension.
  • La prononciation : c’est aussi une difficulté que rencontrent bon nombre de personnes. Une prononciation à la française fera que vous ne serez pas compris de votre interlocuteur. Même avec le mauvais accent, il vous est possible de comprendre un inconnu qui s’exprime en français. Mais sans une bonne prononciation, le vietnamien ne vous comprendra pas.
  • Les pronoms personnels : n’essayez pas de deviner, car il n’en existe pas. Les pronoms personnels ne se retrouvent pas dans le vocabulaire de cette langue. Ce sont des mots de famille qui sont utilisés à la place. Cela en dit long sur les liens qui unissent ce peuple. Voici pour exemple : en français :
    – Salut, tu vas bien ?
    – Oui, je vais bien.
    En vietnamien (un homme parle à un autre homme plus jeune) :
    – Salut, petit frère va bien ?
    – Oui, petit frère va bien

On constate que l’apprentissage du vietnamien est assez particulier et complexe. Il n’est pas rare de voir des Français abandonner le défi malgré des semaines ou des mois d’apprentissage. S’il est vrai que certaines personnes peuvent avoir plus de difficulté à apprendre une langue, il est important de rester motivé et déterminé. Voici quelques recommandations pour vous faciliter l’apprentissage

  • Une motivation et une détermination sans faille : plus vous sentez de difficulté, plus vous devez faire preuve de détermination. Les premiers mois doivent être consacrés aux tons. Vous devez continuer à vous améliorer jusqu’à ce que vous n’ayez plus de mal à vous faire comprendre.
  • Entraînez-vous à obtenir ma parfaite prononciation : exercez-vous régulièrement à maîtriser la prononciation et les accents
  • Oubliez votre âge : laissez-vous modeler comme un enfant faisant ses débuts dans l’apprentissage de sa langue maternelle. Écoutez, répétez, plusieurs fois comme le fait un bébé.
  • Trouvez un partenaire : sachez que plus vous ferez des exercices oraux, plus vite vous serez à votre aise avec cette langue. Vous pouvez donc trouver quelqu’un qui pourra dialoguer avec vous et vous corriger même si ce dernier se moque de votre accent européen.
  • Amusez-vous : certes, cela demande beaucoup d’effort de maîtriser cette langue. Mais comme le petit enfant qui apprend à parler, vous devez y prendre plaisir. Si en apprenant à parler vous donnez des moments de rires aux autres, tant mieux, car vous leur faites aussi du bien.

Apprentissage du vietnamien – Quels moyens pour apprendre cette langue ?

Il existe plusieurs possibilités pour apprendre le vietnamien.

Comment apprendre le vietnamien à l'école ou université pour les étrangers

  • Sur internet : vous pouvez trouver des Vietnamiens désireux d’échanger avec vous. Il vous suffit donc de dénicher un correspondant sur l’un des sites suivants : www.mylanguageexchange.com, www.conversationexchange.com ou www.contactsfrancophones.com.
  • Les guides papier : pour les Français, c’est ASSIMIL qui est recommandé. On apprend facilement avec des méthodes simples et l’accent utilisé est celui du Nord vietnamien.
  • Dans les écoles spécialisées: il existe des écoles de langues qui vous proposent ces types de service.

Quelques exemples d’écoles pour débuter en vietnamien

UNVERSITÉ DES SCIENCES SOCIALES ET HUMAINES D’HO CHI MINH-VILLE (Vietnam)
12 Dinh Tien Hoang, Q.1, HCMV
Tél : (84-8) 822 50 09
Télécopie : (84-8) 822 93 90
E-mail : [email protected]
Site : http://www.hcmussh.edu.vn
Doyen : Dr. Nguyen Van Lich
Secrétaire : Mme Tran Thi Kim Anh

Université Paris Diderot (en France pour une formation universitaire)
Licence en Langues, Littératures, Civilisations étrangères (LLCE), spécialité vietnamien
http://www.univ-paris-diderot.fr/sc/site.php?bc=formations&np=ORGSPECIAL?NS=737.
Union des Jeunes Vietnamiens de France (UJVF) (pour des cours particuliers)
16 rue du Petit Musc
75004 Paris
[email protected]
http://www.ujvf.org